vendredi 31 août 2012

Mon image de la semaine (22) Poitiers; le livre de pierres de Notre Dame la Grande.

Une image de vacances  en Poitou avant d'aborder d'autres destinations en Gevaudan et en Rouergue, mais aussi en Lorraine et en Allemagne et sans doute d'autres encore avant de revenir à la Toscane. Je tacherai aussi de revenir vers les charmantes églises de mon département et de consacrer quelques billets à la symbolique romane, aux racines païennes ou aux éléments d'architecture.
L'art roman est d'une incroyable richesse et l'on ne peut prétendre en faire le tour ...

mercredi 29 août 2012

Le trésor secret de Torri.

Cette site est celle d'une découverte extraordinaire et d'une chance particulière pour moi ce 31 Mai 2011.
Alors que je m’apprêtais a quitter le village, un peu déçu par ma visite je suis abordé par deux visiteurs italiens qui m'expliquent qu'à coté de l'église se trouve un cloître . Depuis prés de deux années ces derniers ont tenté en vain la visite car le lieu est une propriété privée mais ils ont été informé que le cloître pourrait être accessible aujourd'hui et me propose de les accompagner moyennant une participation symbolique et je ne me fait pas prier.
Le long de la ruelle qui longe l'Église une large porte s'ouvre et une charmante jeune fille nous fait pénétrer dans un patio enchanteur qui se révèle être l'un des cloître les plus gracieux qu'il m'est été donné de découvrir.


Seul le premier étage est roman les étages supérieurs datant vraisemblablement du 15ème siècle, mais ils ne rompent pas l'harmonie et la grâce de ce cloître de la fin du 12ème siècle peut être même du début du siècle suivant et déjà de transition avec l'art gothique qui est plus sensible a certains chapiteaux sculptés.


L'ensemble est totalement équilibré et brillant par  la finesse des colonnes de marbre blanc-rosé dont certaines sont biseautés ou même décorées supportent de gracieux chapiteaux blancs ou noirs et un ensemble d'arcatures en plein cintres avec une alternance régulière de pierre blanc-roses et noires avec l'emploi d’incrustations de briques .


Ce cloître à bien des égard rappelle certaines créations similaires de l'Italie du Sud et même une certaine influence islamique.
le décor sculpté est d'une incroyable richesse.
L'emploi de motifs géométriques , d'entrelacs et de tresses n'est pas sans rappeler également l'art de l'Islam mêler d'influences lombardes ou byzantines.

Les quatre piliers d'angles sont richement décorés de ces motifs avec des incrustation de couleur ou parfois des animaux fantastiques.
Tous les chapiteaux reprennent cette abondante décoration et chacun figure un motif différent sur les quatre angles de la corbeille.


Les motifs géométriques dominent, parfois ce sont des outils, ou des animaux fantastiques , quelques thèmes bibliques également .





Une longue visite s'impose, dont je ne livre ici qu'une partie de mes nombreuses photo, pour un lieu qui fut l'un de mes coups de cœur de cette visite en Toscane et qui clôture provisoirement et en beauté cette deuxième partie de ma découverte de la Toscane romane.

dimanche 26 août 2012

Torri .

Torri est un modeste village à l'emplacement des bâtiments presque abandonnés d'une ancienne abbaye qui domine toute la plaine toscane avoisinante . La vue en haut du village est saisissante de beauté.


Il ne reste que peu de chose de l'église de la fin du 12ème siècle, et celle-ci est malheureusement fermée à la visite .
L'édifice est clairement un monument de transition du roman au gothique avec une vaste porte sud au curieux linteau figurant deux dragons crachant des volutes de feuillages au milieu desquels apparaissent des figures humaines.





Une pancarte défraîchie placardée sur l'un des murs laisse cependant espérer la présence d'un pur joyaux de l'architecture dans ce lieu presque vide et abandonné...

Quelques églises de la campagne siennoise .

Sur le chemin du retour d'une riche journée , nombreux sont les villages de cette Toscane centrale à posséder une église romane.
Souvent il s'agit d'édifices modestes mais d'un intérêt certain comme San Lorenzo de Merse avec son élégant portail à emploi de pierres polychromes.

Ou encore San Pancrazio qui domine un de ces infini vallonnement de la campagne avoisinante.

Plus loin dominant toute la plaine se dresse comme un phare le puissant campanile de Rosia qui semble écraser de sa hauteur tout le village.



 Ma route me conduit à Torri ou m'attends une incroyable surprise ...

samedi 25 août 2012

Présence du Maître de Cabestany.

Je réserve pour ce dernier billet une place particulière à la présence d'un admirable chapiteau attribué au Maître de Cabestany.
Cet artiste itinérant toulousain dont on retrouve la trace en Languedoc en Navarre  et en Catalogne aurait aussi séjourné en Toscane et marqué de son empreinte fulgurante cette admirable abbaye au chapiteau de Daniel dans la fosse aux lions.Cette oeuvre admirable par sa composition et sa plasticité complexe permet une fois de plus de mesurer le talent de cet immense et mystérieux artiste du moyen-âge .




Lui est également attribué un remarquable candélabre en albâtre figurant la nativité, belle reproduction de l'oeuvre originale conservée au musée d'art sacré de San Casciano.


Sant Antimo mérite donc une visite particulière et lent au rythme des prières de ce haut lieu de la foi de la sérénité et de l'art.
Je joins ici également un lien qui favorisera la visite:
http://www.antimo.it/pagine_en/00FRAME.html

vendredi 24 août 2012

Floraison des éléments décoratifs.

Une mention particulière doit être faite à la richesse des éléments décoratifs tant à l'extérieur qu'a l'intérieur de l'église dont la qualité artistique n'est pas sans rappeler également des influences françaises propres au Languedoc et même au Poitou.
Certains éléments sont aussi tout a fait propres à l'art italien en particulier aux trois portails existants qui mêlent des décor floraux ou géométriques. Le portail sud à motifs d'aigles malheureusement invisible car réservé aux moines en est un brillant témoignage.

La plupart  sont à motifs d'animaux et on peut aisément y reconnaître des lions des aigles des têtes de béliers et d'ours et même un sanglier.








Quelques modillons de la corniche de l'abside figure un tête humaine barbue.

On trouve  dans le déambulatoire et également inscrite sur les marches de l'autel une dédicace au(x) sculpteur(s) qui ont laisser la marque de leur talent dans cette église.

La haute qualité plastique de ces oeuvres et accentué par l'emploi d'une belle pierre "d'albâtre-onyx".
Enfin on remarquera au beau christ en bois du choeur et d'une grande vierge en bois à l'enfant .