dimanche 29 novembre 2015

L'autel d'Avenas entre la légende et l'interprétation d'une particulière dédicace.

La découverte de l'autel qui occupe presque à lui seul tout le chœur de l'église, au point qu'il semble presque trop petit pour lui est assurément un véritable choc pour le visiteur. En effet cette oeuvre est unique pour la région et peut être pour la France et un jalon majeur de la sculpture romane.

Il est formé de cinq dalles d'un calcaire blanc presque immaculé que seule la faible lumière de la coupole et des vitraux éclairent de lumières changeantes. Seule les trois faces visibles sont sculptées de scènes en haut relief, la dalle arrière étant creusée de trois parallélépipèdes  encadrés des colonnes d'angle où a été aménagé au centre une niche qui devait être fermée pour y accueillir soit des reliques mais plus vraisemblablement des objets liturgiques. La dalle supérieure est elle fortement chanfreinée  et marquée à chaque angle de svastikas symbole o combien païen .


 Sur la face principale trône le Christ dans une mandorle de gloire les pieds posés à plat sur son siège bénissant de la dextre et entouré des symboles évangéliques qui l'entoure dans un quarré avec les douze apôtres répartis en deux registres par groupes de trois.

Sur la droite , à gauche pour les fidèles les scènes de la présentation au Temple, de la Nativité et de l'assomption.


A gauche, à droite pour le fidèle est totalement dédié à la donation de l'église d'Avenas à Saint-Vincent, patron de la cathédrale de Mâcon par une épitaphe en forme de curieux rébus qui à donné lieu à bien des controverses.

On y lit :

"Rex Ludovicus pius et virtutis amicus
 Offert ecclesiam: recepit Vincentius istiam.
 Lampade bissena fluiturus Julius ibat.
 Mors fugat obpositum regis ad intitum."

 Dont la traduction généralement admise est la suivante; " C'est le Roi Louis pieux et ami de la vertu qui offre cette église: Vincent la reçoit.
(Mais il se trouva que) douze jours plus tard, le mois de juillet allait commencer son cours .
La mort met en fuite l'obstacle que le roi avait cru opposer à son trépas.

La traduction de cette dernière phrase ayant laissé le cours à bien des contresens en raison de son imperfection grammaticale.

Mais la controverse demeure sur le Roi Louis donateur. En effet on a longtemps penser que celui-ci pourrait être le Roi Louis le Bègue et même Louis le Débonnaire un de fils de Charlemagne qui donna le lieu au chapitre de Mâcon en 878 cette filiation carolingienne étant renforcée par la légende selon laquelle Avenas était à proximité du château du traître Ganelon que Charlemagne aurait intégralement détruit.
Il semble cependant qu'aujourd'hui tout s'accorde pour évoquer le souvenir du Roi Louis VII dit le Pieux qui conduisit personnellement deux expéditions en Bourgogne en 1166 et 1172. En outre le mois de juillet évoqué dans la dédicace correspond en fait au 20 Juin selon le comput médiéval et selon un complexe chronogramme à l'année 1180 qui est celle de la mort de ce Roi . En outre cette date semble également correspondre à la période à laquelle fut réaliser cette éblouissante ouvre dont cependant l'attribution magistrale reste le véritable mystère.

dimanche 22 novembre 2015

Le trésor d'Avenas.

Il était impossible pour l'amateur de sculpture romane que je suis de na pas partager mon émerveillement pour ce chef d'oeuvre qu'est l'autel d'Avenas qui surpasse grandement en réputation la modeste église qui lui sert d'écrin mais qui mérite cependant un attentif examen.

Avenas se découvre en empruntant une route sinueuse comme une sorte de bout du monde pour franchir le col du Fût d'Avenas qui était une route majeure au Moyen-âge permettant de relier le Chalonnais et la loire par le Brionnais, route déjà fréquentée par les romains et sans doute antérieurement.

Le petit village blotti au pied du col dans un paysage de forets denses est presque montagneux a gardé une église très largement restaurée au XXe siècle dédiée à Notre-Dame et était une dépendance du diocèse de Mâcon. On doit cependant considérer que cette église devait occuper une place majeure à l'époque romane pour y conserver un aussi fabuleux exemple de la sculpture romane en France. Il ne fait cependant aucun doute que cet autel que je décrirait davantage dans un autre billet à bien été réalisé pour cette église comme en atteste le coté gauche de l'autel qui semble la représenter presque parfaitement à l'identique telle qu'elle devait être  lors de sa construction.

L'église actuelle est cependant modeste, et présente une simple nef en petit appareil d'une quinzaine de mètres couverte d'une charpente. Le clocher est lui moderne et on lui à adjoint au XXe siècle un clocheton ajouré qui en dénature quelque peu l'harmonie . La coupole sur trompe, à la croisé d'un transept saillant est percée de deux petites fenêtres qui éclairent l'autel est charmante ainsi que l'arcature absidale avec ses cinq arcs entourant les trois fenêtres sans doute élargies de l'abside.


Comme à Belleville il faut faire une mention des pilastres de cette arcature; Ils sont au nombre de quatre décorés de motifs essentiellement floraux couronnés de chapiteaux à décor végétal mêlant pour l'un un visage humain et l'autre ce qui pourrait être un serpent . Par leur style les pilastres semblent dater de la fin de l'époque romane et en tout cas plus tardifs que l'autel .




samedi 21 novembre 2015

L'arcature absidale de Notre-Dame de Belleville.

Je ne voulais pas terminer la découverte de cet édifice sans présenter le décor de l'abside auquel je consacre ce quatrième billet qui en souligne l'importance pour la région lyonnaise. Ce décor absidal est en effet d'un intérêt certain et poursuit l’expérience de la magnifique abside de Saint-Martin d'Ainay à Lyon, décor qui va connaître une faveur particulière en Dombes et aussi dans une moindre mesure dans certaines églises du beaujolais comme Avenas qui clôturera en beauté cette évocation de quelques églises romanes du Rhône.

Comme à Ainay dont j'ai tenu a montrer une image les trois fenêtres romanes de l'abside sont encadrées d'une arcature du plus bel effet même si les fenêtres ont été obturées lors de l'exhaussement de l'abside à l'époque gothique.
J'ai tenu donc a présenter deux photos de Lyon et de Belleville montrant les parentés stylistiques existant entre elles.
Notre-Dame de Belleville

Saint-Martin d'Ainay Lyon

Les cinq arcs qui encadrent les fenêtres reposent sur un bahut saillant . Les moulurations toriques des arcs retombent sur des piliers octogonaux avec des chapiteaux sculptés de feuillages variés à l'exception d'un sujet anthropomorphe figurant un homme barbu le torse nu qui semble sortir de son cadre dont il tient les rebords avec une sorte de sourire triomphant. L'interprétation de cette sculpture reste délicate et il est peu vraisemblable d'y voir un Christ entouré d'une mandorle.


La partie la plus remarquable est sans doute le décor de cinq pilastres qui reçoivent tous un décor systématique et presque baroque rappelant avec plus de faiblesse les pilastres de Saint-Martin d'Ainay mais qui sont d'un heureux effet et semble de la même main que le celle du sculpteur qui à décoré les tympans et les colonnes des deux portails sud.

J'ai associé dans un montage les cinq pilastres afin d'en mesurer la brillante diversité faites d'imbrications, de losanges, de rinceaux, de pointes portant des fruits, de décor d'entrelacs et de disques imbriqués, de grecques . Ce goût pour les motifs géométriques n'est pas sans rappeler aussi les motifs plus fréquemment employés à l'époque préromane ce qui comme certains chapiteaux peut surprendre dans une église de la fin de l'époque romane .


jeudi 19 novembre 2015

La sculpture des chapiteaux et des consoles ; entre archaïsme et dégénérescence.

Il est vrai que la sculpture est sans aucun doute décevante pour une église de cette importance à proximité des grands foyers d'inspiration du brionnais en particulier.

Les chapiteaux sont pour la plupart décorés de feuillages en fort reliefs et les rares chapiteaux historiés marque un affaiblissement certain de la sculpture romane de cette fin du XIIe siècle et rappellent par leur traitement assez maladroit les chapiteaux de Semur-en-Brionnais et de Curbigny. Ils sont cependant assez nombreux pour qu'on s'y attarde ainsi qu' à l'examen de la base de colonnes pour certaines sculptées de motifs géométriques.

On remarquera un chapiteau aux aigles et deux chapiteaux figuratifs assez énigmatiques, l'un figurant trois hommes dont les personnages semblent soutenir les angles comme des atlantes.
Un autre chapiteau figure lui un homme avec un bâton en proie à des serpents qui sortent de visages menaçant.





Un chapiteau qui semble plus ancien et en tout cas de meilleure facture, peut être provient-il de la première église détruite, a été réutilisé en bénitier .

Très intéressante est aussi la décoration des consoles situées à mi-hauteur des piles qui ont reçues un décor varié et presque caricatural dans l'esprit des modillons des corniches du Brionnais et déjà très proches de l'époque gothique.






On y trouve des quadrupèdes des masques, des acrobates, un visage dont la langue est traversée par un couteau à moins qu'il s'agissent d'un homme se taillant la barbe; le tout dans une représentation savoureuse et propre à cette époque.

Malgré l'affaiblissement évident de cette sculpture on admirera la fertilité des inventions mais fort curieusement un rappel de thèmes très anciens que l'on retrouve dans la sculpture paléochrétienne , comme le chapiteau des aigles ou encore le vieux thèmes des oiseaux buvant dans un calice. Cette église est ainsi le témoignage de la présence d'un véritable foyer de la sculpture et de l'architecture dans ce territoire traversé d'influences diverses sans en être totalement influencé.


mardi 17 novembre 2015

La décoration extérieure de Belleville; un creuset d'influences.

Belleville portail sud 1
Il est impossible de ne pas accorder un intérêt certains aux trois portails extérieurs de l'église qui bien que non historiés sont révélateurs du mélange d'influences propres à cet édifice.





Le portail de la façade situé sous la large rose circulaire qui éclaire la nef; est un portail à quatre voussures richement moulurées retombant sur des colonnes avec des chapiteaux à feuillage ou parfois des masques grotesques .
La corniche de l'avant-corps de la porte principale est supportées de modillons avec des décors de masques ou d'animaux simplifiés; ce portail tardif semble fortement marqué par des influences lyonnaises.

Il en va bien différemment des deux portails sud creusés respectivement dans le deuxième et le neuvième collatéral.Par simplification je les nommerai ici portail 1 et portail 2 pour les distinguer.

Belleville portail sud 1
Semur-en-Brionnais portail nord
Belleville portail sud 2


En effet ces portails sont presque identiques et s'inspirent manifestement du portail nord de Semur-en-Brionnais; j'ai donc juxtaposé des images des trois portails par gout de la comparaison.
La voussure unique des portails de Belleville est moulurée d'un tore retombant sur des colonnes torsadées ou décorées d'imbrications ou d'écailles. Les tympans sont sculptés de quadrilobes dont les pointes s'épanouissent en large fleuron.
Ces deux répliques du portail de Semur-en-Brionnais traduisent à merveille le goût de l'imitation entre sculpteurs parfois d'ateliers distincts même si ici à Belleville la sculpture semble marquer un certain essoufflement. La "surcharge" aussi de cette sculpture et une certaine maladresse est assez propre à la sculpture romane finissante de cette fin du XIIe siècle.
portail sud 2
portail sud 1

portail sud 1


Pourtant la sculpture des chapiteaux des deux portails est aussi parfaitement originale et semble traduire d'autres sphères d'influences tant ils ont peu de lien avec la sculpture brionnaise .
 De qualité inégale comme celui du chapiteau du portail 2 à tête d'animal crachant des rinceaux de feuilles dont le traitement est presque naïf ou maladroit . Le beau chapiteau du portail 1 figure une image plus fréquente de la sirène ici sans chevelure tenant de ses bras écartés sa queue dédoublée. Ces sculptures semblent s'inspirer davantage des ateliers auvergnat ou foreziens
Portail sud 2

Portail sud 1