samedi 17 septembre 2011

Trésor des églises romanes de l'Ain; Lhuis

Située au confins sud du Département à la limite du Bugey et des "terres froides " du Dauphiné, l'église de Lhuis, placé sous le vocable de notre Dame de l'Assomption, est sans doute l'une des plus remarquable de l'Ain et assurément du Bugey .
Répertoriée depuis l'époque carolingienne c'est un édifice qui est essentiellement du XII ème siècle en particulier pour le chevet et le choeur qui sont ses parties les plus intéressantes .
Une mention particulière doit être apportée à son plan  original constitué de deux travées accolées, l'une des abside supportant le clocher mais n’apparaissant pas à l’extérieur .
L'absidiole sous le clocher est en effet creusée dans l’épaisseur du mur du clocher et repose sur des trompes d'angles en petit appareil de moellons réguliers, elle date de l'an 1100 en dépit d'un aspect archaïque qui pourrait la rattacher au style bourguignon du XI ème.

La belle abside principale, libérée de la masse du clocher s'ouvre plus largement sur le choeur et laisse encore deviner des traces de l'édifice antérieur.


Dans le pseudo-pilastre de gauche est réemployé une pierre ancienne avec une épitaphe qui a longtemps intrigué les archéologues:
On peut y lire : MATRIS SACRORUM EX VOTO
                       CIRCUM SAEPTUM FANI ET ADITUS
                       CATULLUS COMBARDI FIL( IUS)
                       ERGA MERITA SALUISQUE LIBERIS EJUS
                                                 SLM
La traduction littérale et celle qui est reproduite dans l'église y voit la mention d'un Temple dédié aux déesses mères, par un certain Catullus ou Catullius fils de Combard, ce qui accentue le caractère païen de l'origine de ce lieu de culte, caractère renforcé d'ailleurs par le décor des chapiteaux.
En effet la belle arcature de l'abside, à trois baies en plein cintre supporte des chapiteaux de belle facture à décor de feuillage, mais aussi de volutes spiralée ou d'homme symbolisé levant les bras très marqué de ces influences païennes.


Le chevet reproduit la qualité du l'appareillage du choeur fait de beaux moellons de calcaire régulier , il est ouvert de trois fenêtres avec une profonde archivolte et de curieux chapiteaux .
Un masque démesuré semble avaler une petite tête le tout encadré d'un mufle de lion qui dévore une autre tête.
Des hommes comme des jongleurs ou des suppliciés dont les corps s'enlacent .

Un homme a grosse tête lève les bras ou semble tenir un serpent ,il semble plus proche de l'imaginaire des divinités païennes qu'une représentation d'Adam et Ève, un décor mystérieux et terrible de temps sombres qui ne sont pas les moindres charmes de cette belle église .

10 commentaires:

  1. On trouve très peu de renseignements sur l'église de l'Huis, c'est pourquoi votre page est très précieuse, tant par ses photos que par les descriptions que vous faites. Elizabeth.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci , alors si ce modeste billet qui n'a pas la prétention de tout décrire à pu vous apporter cet intérêt, l'essentiel de ce que j'attend de ce blog est atteint !

      Supprimer
  2. Superbe description des particularités de cette église attachante.
    Je découvre votre blog de retour d'un circuit vélo avec une bande de copains; j'espère trouver beaucoup d'autres trésors similaires dans la région.
    Merci de votre partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour votre commentaire et votre intérêt, je compte bien entendu ajouter d'autres messages au sujets des églises romanes de notre belle région qui est bien plus riche en la matière qu'il y parait , c'est en tout cas un plaisir que de partager ma passion .

      Supprimer
  3. Bien jolie église, le roman est rare aux environs de Lyon... Je vais lui rendre visite dès aujourd'hui et je mettrai les photo sur Ipernity. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci je serais très curieux de voir vos photos

      Supprimer
  4. Je tente d'y aller aujourd'hui... malgré la neige annoncée... Faut que j'achète un 4×4! ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être la verrez vous sous la neige alors :)

      Supprimer
  5. Temps pourri, averses de neige, froid piquant, lumière médiocre, église fermée (comment savoir quand ces églises sont ouvertes, d'ailleurs?), au final j'aurais mieux fait de rester au chaud devant la cheminée!

    J'ai monté quelques photos sur ma page Ipernity, rien de bien fameux: http://www.ipernity.com/doc/dominique.robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra y revenir alors mais vos images sont magnifiques merci beaucoup pour le lien

      Supprimer