dimanche 26 juin 2011

Trésor des églises romanes de l'Ain: La Boisse

Le village de La Boisse est connu depuis l'antiquité romaine ainsi qu'en atteste plusieurs découvertes archéologiques, admirablement située sue la voie reliant Lyon à Genève,
Il ne reste plus grand chose du "lieu boisé" dont le village tire son nom, tant l’agglomération comme ses voisines s'est densifiée sous la pression constante de la métropole lyonnaise toute proche.
On peut cependant y admirer une charmante église, dédiée à l'Assomption (ce qui n'était sans doute pas son vocable d'origine).
Pour certains ses origines pourraient remonter au X ème siècle, mais c'est cependant essentiellement un édifice du XII ème que l'on peut visiter , au moins en ce qui concerne le chœur et le chevet .
Le chevet présentait certainement à l'origine une abside principale et deux absidioles, caractérisant un plans basilical assez rare pour le département, mais une absidiole à disparue. Actuellement recouvertes d'une toiture en béton qui n'est pas du meilleur effet.Mais l'appareillage de pierres et de galets mêlés à été bien restitué.
C'est à l'intérieur que l'édifice est le plus intéressant .


Le choeur est en effet baigné d'une belle lumière favorisée par la haute coupole sur trompe sous le clocher.


Le chevet déploie harmonieusement cinq arcatures reposant sur un soubassement avec une moulure de pierres et lit de galets.L'arcature centrale reposant sur deux large colonnes soigneusement décorées et rappelant le décor de l'abside de Saint-Martin d'Ainay à Lyon .


Le décor  des chapiteaux est essentiellement végétal à l'exception du chapiteau de l'une des colonne principale, figurant  neuf énigmatiques personnages dans une position statique et d'allure assez fruste, portant des phylactères ou des livres, et pour l'un deux à la longue barbe ce qui ressemble à une canne. Peut être représentent-t-'ils des pères de l’Église ou les apôtres. Le personnage central au visage martelé tenant la main de l'un de ces compagnon pourrait être le Christ ...

 Cette modeste église est pour moi un témoignage renouvelé que cet art roman est toujours riche d’émotions et de surprises.



samedi 11 juin 2011

Un bestiaire fantastique et foisonnant .

Voila le dernier aperçu de l'éblouissement de la Toscane romane , avant d'y revenir de manière plus détaillée au long de plusieurs billets, mais avant cela je retournerai dans l' Ain puis vous amènerai vers d'autres destinations comme Londres et l'Allemagne; convaincu que je suis que l'art roman est l'un des arts Européen des plus riche et les plus accomplie .
Sant Antimo

Pieve de Corsignano

San Quirico d'Orcia

Chapiteau de la Tour de Pise

Chapiteau du Baptistère Pise

Baptistère de Pise

San Casciano

San Casciano

Cathédrale de Carrare

Des silhouttes immobiles et vivantes ...

Prière à Sant'Antimo

Chaire de Saint-Jean hors les murs Pistoia
Chaire de San Miniato Florence
Un roi mage ; chaire de Barga



Cathédrale de Pistoia

dimanche 5 juin 2011

Une incroyable exhubérance polychromique

Quelques images, pêle-mêle, avant de révéler encore plus de cette si belle partie de l'Italie romane .
Façade de San Martino Lucques

Montesiépi; la coupole

Mur sud de la cathédrale de Prato

Façade de la cathédrale de Pise

samedi 4 juin 2011

Quelques images d'horizons révés

Premières images sans trop de commentaires , voila mon  premier coup de cœur; Sant' Antimo au sud de la Toscane , la paix et la force, et cette sérénité ... Voilà un havre où je pourrai demeurer .