vendredi 4 décembre 2015

Qui est le "Maître" d'Avenas ?

Au delà de la question du roi donateur qui a donné lieu à bien des controverses, le seule mystère qui demeure en présence d'une oeuvre aussi exceptionnelle est à la fois celui de sa dation et de  sa place dans la grande sculpture bourguignonne du XIIe.

Si l'église actuelle semble dater de la première moitié du XIIe on peut se demander si l'autel lui est contemporain ou postérieure comme le suggérerait la dédicace mais qui peut être un ajout tardif. 

Il est incontestable que le sculpteur de l'autel devait être un grand artiste au talent parfaitement maîtrisé comme en témoigne la grande force et aussi la sérénité des personnages avec un sens réel du mouvement, ainsi la longue main bénissante du Christ ou encore l'ovalité des visages en particulier des apôtres. 






Il convient également de souligner l'organisation des apôtres autour du Christ en deux étagements et quatre groupes autour d'un quarré presque parfait que forme le Christ entourés des symboles des évangélistes.



Enfin le mouvement et la délicatesse des personnages traités dans les panneaux latéraux, le drapé sage mais rigoureux des vêtements laissent penser que ce sculpteur n'appartenait pas à un atelier clunisien ou brionnais comme à Charlieu ou Saint-Julien de Jonzy aux drapés et mouvements complexes et presque exubérant. La sculpture trouve aussi peu de correspondance avec celle de Cluny .

En réalité l'oeuvre rappelle davantage celle du  beau tympan sculpté de Perrecy les Forges dans le Charolais dont je laisse ici un exemple et trouve aussi un écho dans le magnifique Christ de Saint-Amour.
Détail du tympan de Perrecy les Forges

Enfin il semble que cette oeuvre ait durablement inspiré les sculpteur du tympan de Saint-Vincent de Mâcon mais aussi plus loin encore et en particulier en Dombes comme à la façade de Saint-Paul de Varax et au tympan de Vandeins .Ces deux premières églises, manifestant un gout certain pour l'étagement superposé des sculptures . 
Détail du Tympan de Vandeins (Ain)

Détail du tympan de Saint-Vincent de Mâcon

Détail de la façade de Saint-Paul de Varax (Ain)

Ainsi l'autel d'Avenas pourrait être un oeuvre du premier tiers du XIIe entre son modèle le plus proche à Perrecy et ses inspirations multiples jusqu'à la fin du XIIe siècle. Il reste que rien  n'explique encore la présence d'une oeuvre aussi magistrale et unique dans une église aussi excentrée du grand rayonnement spirituel et artistique  de la Bourgogne du sud à cette époque ...

4 commentaires:

  1. Des thèmes très intéressants;j'en suis préoccupée aussi mais dans un autre pays .vestiges des Romains en Transylvanie

    RépondreSupprimer